La récupération de Mayotte demeure possible, avec une bonne stratégie 

Éditorial par Yhoulam Athoumani, Doctorant en Droit, Enseignant-chercheur à l’Upec. 

La récupération de l’Ile de Mayotte demeure possible, seulement avec une bonne stratégie. 

1. La violation par la France des règles de droit international est indéniable. D’ailleurs, la charte des Nations unies est très claire sur ce point. 

Elle précise que « Toute tentative visant à détruire partiellement ou totalement l’unité nationale et l’intégrité territoriale d’un pays est incompatible avec les buts et les principes de la charte des nations Unies ». 

Or, il est très clair que depuis le 12 novembre 1975, Les Comores deviennent un Etat indépendant, souverain, un Etat composé de quatre îles comprenant La Grande-Comore, L’île d’Anjouan, L’île de Moheli et L’île de Mayotte. 

Or depuis 1975, la France méconnaît les règles imposées par les Nations-Unis. Elle a pris possession d’une partie du territoire de l’Etat Comorien de façon illégale, sans aucun titre. Elle s’ingère dans les affaires de cet Etat portant atteinte à l’intégrité de son territoire. 

Je dirai qu’il s’agit là d’une occupation illégale, laquelle est sanctionnée par le droit international. Un litige, donc, qui oppose l’ex-colon à son ancien colonie.

2. En raison de l’incapacité des Nations-Unis de résoudre ce problème, seuls ces deux pays peuvent, toutefois, mettre fin ce conflit. Une hypothèse qui, hypocritement fait l’objet d’un débat en ce moment entre les concernés, demeure impossible pour l’instant.

 Pour la simple raison, d’une part, parce que l’ex-colon ne va pas lâcher Mayotte. Je rappelle que pour des raisons coloniales, la France veut prouver sa puissance. Pour des raisons stratégiques, Mayotte sert à la France un moyen de pouvoir contrôler la zone. 

Quand bien même certains nous font croire que L’île de Mayotte ne rapporte rien à la France, cette affirmation reste dénuer de tout fondement. Ainsi, la France tire profit en occupant Mayotte.  

3. D’autre part, L’Etat Comorien reste, aussi, incapable de récupérer L’île de Mayotte. L’instabilité qui règne dans le pays empêche l’Etat à mener toute campagne de récupération. 

D’abord les embarcations de pêche venant des autres îles vers Mayotte provoquent la plupart du temps des naufrages meurtriers. Une catastrophe qui ne cesse de se reproduire. Cette situation déstabilise l’Etat Comorien. Ensuite, on retrouve une part d’hypocrisie de la part des autorités comoriennes. 

Qui ne se souvient pas des dernières élections présidentielles de 2016 ? La France a été le lieu d’ouverture des campagnes présidentielles. 

Les leaders des partis politiques se sont tous précipités pour ouvrir leur campagne à l’hexagone. Là encore, certains nous feront croire que c’est parce qu’il y a une forte communauté comorienne en France. Mais je tiendrai à rappeler que cette diaspora n’a même pas le droit de vote. 

Alors quel intérêt de venir convaincre des personnes qui ne pourront pas voter ? Là aussi il faudrait cesser de mépriser les Comores. 

4. Face à un Etat puissant, quand bien même il viole les règles juridiques qui s’imposent, comment parvenir à récupérer son bien? Il faut de la stratégie, certainement. Des stratégies qui demandent de la préparation sur les domaines clés. A commencer par l’Education. 

J’ajouterai que l’Education est la base d’une société. Elle est le fondement d’une société rationnelle et souveraine.

 Ensuite, la justice car une justice corrompue détruit l’avenir de tout un peuple. Il en va de même pour la santé pour éviter le départ des malades vers Mayotte (c’est un facteur clé) car cela prouverait que les Comores sont en mesure de prendre soin ses nationaux.  

Qu’en est-il de la monnaie ? Cette question qui demeure nécessaire. Se doter d’une monnaie propre est un acte de souveraineté. 

Et la sécurité ? Elle, aussi, reste fondamentale. Et j’en passe.

5. Combien de fois les autorités comoriennes ont réclamé l’île de Mayotte ? Alors que ces réclamations et ces revendications n’ont pas empêché la France à départementaliser cette île de Mayotte qui est devenue le 101e département Français.

6. Que faut-il faire ? Et comment ? Le point 4 demeure l’explication, mon humble avis.

 

 

Yhoulam Athoumani

Doctorant en Droit

Enseignant-chercheur à l’Upec

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s