Comores: Des candidats, pas à la hauteur des enjeux !

Ce qui frappe le plus, depuis le début de cette campagne présidentielle, c’est le niveau affligeant du débat politique. Les enjeux cruciaux sont à peine abordés. La crise dans le secteur de l’électricité, la croissance économique en berne, le système sanitaire en lambeaux, le désenclavement aérien, les établissements scolaires en piteux état, l’augmentation de la masse salariale, qui entraîne des retards dans le paiement des salaires des fonctionnaires, tous ces thèmes importants ne sont pas traités de manière sérieuse. On entend bien quelques rares voix par ci, par là, qui abordent les sujets de fond, mais cela ressemble plus à des vœux pieux et des effets d’annonce, plutôt qu’à de réelles propositions concrètes.

Tout le monde s’accorde à dire que le problème numéro un des Comores, est l’électricité. En février 2015, notre capitale Moroni, tournait au ralenti, en raison d’une opération « île morte » contre les pénuries d’eau et d’électricité, lancée par la fédération des consommateurs (FCC). En septembre 2015, exaspérées, les mamans comoriennes se sont révoltés et ont manifesté plusieurs jours durant, sur la place Badjanani. Avant cela, il y avait le mouvement Madji na Mwendje qui occupait régulièrement la place de l’indépendance.

Les raisons de cette colère sont nombreuses. Selon les statistiques du ministère de l’Énergie, 80 % du pays sont plongés dans l’obscurité. 48 % de l’électricité produite est perdue et 33 % seulement de l’énergie vendue est effectivement payée. Les habitants des régions rurales sont parfois privés d’électricité pendant un mois entier. Cette crise énergétique a des fâcheuses conséquences sur le secteur de la santé du pays. Des bébés et des patients meurent parfois à cause des coupures de courant dans les hôpitaux.

Face à un tel challenge, on ne peut se contenter des réponses timides et simplistes que nous offrent les candidats. Tandis que le monde entier se prépare à la transition énergétique, et adopte les énergies propres et renouvelables, nos dirigeants nous proposent une centrale à fioul lourd,ou une centrale thermique qu’il faudra plus d’une dizaine d’années à mettre en place.Inadmissible!
Les partis politiques doivent, nous exposer leur vision des enjeux énergétiques du pays. Nous avons besoin d’un véritable débat public sur l’énergie.

MAHAMOUDOU KARIM

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s